L’innovation nécessite de comprendre plus rapidement que d’autres des basculements en cours ou à venir. On pense que parfois il s’agit prioritairement de technologies qui vont créer de nouveaux usages. La plupart du temps, il s’agit en fait d’usages qui amènent de nouveaux outils pour les accompagner / structurer. Aujourd’hui, c’est la nature même de la proposition de valeur qui doit s’adosser à un triple paradigme du mojo. Mojo kézaco ? De « l’énergie-ensemble (partagée à plusieurs)- qui élève ». 

Quel rapport avec un média sur l’orientation et ce schéma quasi « philosophique » ?  

Créer un média qui plus est sur orientation, n’est pas un sujet facile. Pourtant, dès le départ Jasmine et Carla ont emprunté un axe porteur. Mais, au fait Jamy, c’est quoi le mojo de vocation.co ? 

Tout d’abord, le plaisir de voir de l’humain, à la fois dynamique et incarné. Un témoin Vocation.co, c’est quelqu’un qui raconte son histoire de parcours pro avec ses émotions, ses choix, ses réflexions, ses actions. Pas dans une case superficielle et toute faite. C’est son cheminement que l’on suit, presque « page après page ». En ce sens, Vocation suit une sorte de culture Netflix qui permet de rentrer dans la peau d’un personnage de discuter avec lui/elle. De s’imprégner véritablement. Or, la force d’une orientation réside souvent dans l’imprégnation. C’est elle qui guide les inclinaisons. C’est dans la liberté de cheminement et de rencontre que réside l’énergie intime perçue par les publics de Vocation.  

Ensuite, vient incontestablement le plaisir d’avoir des gens, qui comme vous et moi, accueillent et interpellent, s’approprient et rebondissent les confidences des témoins.  Dans ce fourmillement de rebonds, se déploie une énergie encore plus grande. Celle de se faire l’écho, de discuter ensemble de la complexité des trajectoires professionnelles, tant elle touche la grande histoire, les accidents et le personnel. Vocation.co, c’est aussi une connexion culturelle d’abord avec des gens qui cherchent et se cherchent et se construisent en donnant des tips. Cette connexion crée de la réassurance et un sentiment de collectif qui dynamise autant qu’il apaise. 

Enfin, un itinéraire Vocation nourrit la stimulation et permet de contrer les éléments anxiogènes  ((job, pression familiale, le fait de s’enfermer dans une voie)). En s’appuyant sur ce collectif lucide, cela donne une force supplémentaire et un climat propice pour pouvoir se projeter. C’est là le grand avantage de Vocation.co que de se mettre à la place des « enfants perdus » : naviguer sans se désorienter, avancer sans chercher le mariage forcé, le « match » avec une case métier. Le « ensemble » nourrit vraiment une possibilité d’ouvrir la fenêtre vers un présent / avenir désirable.

En ce sens, Vocation relève le défi d’un média aujourd’hui : faire participer, au delà de la simple cosmétique pour atteindre un sentiment de prise de conscience, aussi profond que partageable. Et ça, mes cocos, c’est du mojo !